DOCUMENTAIRES, FILMS, MUSIQUES, CONVERSIONS, ETC.

DAILYMOTION


✮  Délicatessen  ✮
- Qu’est-ce que c’est que ça ?
- C’est un détecteur de conneries. Allez-y.
- Allez-y … quoi ?
- Ben dites une connerie, allez.
- Ca vient pas comme ça, hein !
… C’est beau la vie.


YOUZIK


✮  Un taxi pour Tobrouk  ✮
- Faut pas faire attention,
Théo est une brute née de la guerre.
- En langage clinique,
on appelle ça un paranoïaque,
en langage militaire un brigadier.


YOUTUBE


✮   Les Grands Ducs  ✮
- Je ne déteste pas les femmes
à lunettes sombres :
ça leur donne un genre énigmatique
qu’il est assez agréable de profaner.


Le mensonge

Réflexion en connectant mon cerveau avec mon coeur pour aller plus loin
dans ce qui pourrait être : « le juste » - Nessub le Civil le 19/10/16.

Dire la vérité n’est pas toujours un exercice aisé; aussi la pratique courante du mensonge
et le choix délicat mais résolu du silence gagne en importance dans nos relations d’aujourd’hui c’était une réalité hier également - que les fripouilles contemporaines
se donnent bonne conscience devant le mutisme des miroirs qu’elles seraient surprises d’entendre parler d'elles lorsqu’elles peaufinent leurs plastiques ... lissant, polissant
icelles, ceci parfois avec une célérité, une opiniâtreté quasi hystériques, poudrant, fardant, l’outil vecteur de séduction : le visage... et lorsqu’il est ingrat (Mère Nature ne reçoit
pas d’ordres) la stratégie se reporte sur la sape – Triple donc !!! Rien de nouveau sous Phébus dardant plus blanc en 2016 qu’il était d’Or jadis - et ce n’est pas la Mère Denis qui l’affirme mais probablement d’autres menteurs cagoulés scientifiques (un autre oripeau à la mode). N’étant plus un perdreau de l’année, mon réflexe est de croire que le mensonge ...



L’agressivité d’Obama contre les libertés civiles
a dépassé l’entendement.

Noam Chomsky interviewé par Mike Stivers

Publié le 3 février 2014 par Noam-Chomsky.fr

"Sous le mandat d’Obama, si vous rencontrez quelqu’un appartenant
à un groupe terroriste et que vous lui suggérez d’agir de façon
non-violente, vous serez accusé de fournir une aide matérielle au terrorisme."


Mike Stivers: Quiconque à l’écoute des sujets relatifs aux libertés civiles
sous Obama convient que sa politique en la matière a été un désastre :
la signature en 2012 d’une série de lois « National Defense Authorization Act » (NDAA)
, qui, en pratique, autorise la détention arbitraire de citoyens
américains, une persécution record contre les “lanceurs d’alerte”, le refus de fermer
Guantanamo, une attitude déplorable dans des procès tels
que “Hegdes contre Obama” et “Holder contre Humanitarian Law Project (NDT: une ONG)”.
Ces exemples résument bien une atteinte flagrante aux droits civils,
politiques et constitutionnels. La question que semble alors se poser un grand nombre
de personnes est : pourquoi? quelle est la logique?

Noam Chomsky: C’est une excellente question. Personnellement, je n’ai jamais
rien attendu de la part d’Obama et je l’avais écrit avant les primaires de 2008.
Ses promesses n’étaient que de la poudre aux yeux. Ce qui m’a surpris,
c’est son attaque contre les libertés civiles.
Cela va au-delà de tout ce que j’avais anticipé et ne semble pas facile à
expliquer. De tous les exemples cités, “Holder contre Humanitarian Law Project”
est le pire. Il est à l’initiative d’Obama et constitue une très sérieuse
atteinte aux libertés civiles. Pourtant, il n’en tire aucun profit –
il ne peut pas l’exploiter à des fins politiques. En fait, la plupart des
gens n’en savent rien, mais c’est une jurisprudence qui assimile la parole
à une “aide matérielle à la terreur”. L’affaire en question concerne un
collectif juridique qui prodiguait des conseils légaux à des groupes inscrits
sur la liste des terroristes (Nelson Mandela était sur cette liste il y a encore
quelques années), ce qui n’a en soit aucune justification morale ou légale;
à vrai dire c’est déplorable. Mais si vous examinez son utilisation,
cela devient encore plus détestable. La formulation de l’instruction est suffisamment
vague pour que, si vous rencontrez quelqu’un d’un “groupe terroriste” et que vous
lui suggérez d’agir de façon non-violente, vous pourrez être accusé
de produire une aide matérielle au terrorisme. J’ai déjà rencontré des personnes
de cette liste et je continuerai. C’est ça qu’Obama veut criminaliser
et c’est une atteinte manifeste à la liberté d’expression. Je ne comprends pas pourquoi
il fait ça. Le procès du NDAA, dans lequel je suis un plaignant,
codifie allègrement la pratique existante. Des voix se sont élevées contre la clause
de détention illimitée, mais s’il y a un aspect avec lequel
je ne suis pas entièrement d’accord, c’est que le seul motif de désaccord portait
sur la détention de citoyens américains, mais de quel droit nous pourrions
incarcérer quiconque sans procès? La disposition du NDAA qui le permet me semble
inacceptable. Cette pratique fût interdite il y a près de huit siècles
dans la Grande Charte (Magna Carta Libertatum). Et que dire des meurtres commis
par des drones, comme celui d’Anwar Al-Awlaki? Des protestations
s’élevèrent sous prétexte qu’il était citoyen américain. Mais qu’en est-il de ceux
qui ne sont pas citoyens américains? Avons-nous le droit
de les tuer si le Président en a envie?

MS : Sur le site web de la campagne d’Obama 2012, il est clairement affirmé
que six lanceurs d’alerte ont été poursuivis sous l’égide de l’Espionage Act.
Pense-t-il attirer un certain électorat avec cette déclaration?

Noam Chomsky : Je ne sais pas quelle base électorale il cherche à séduire.
Il croit plaire à la frange nationaliste? Et bien, ils n’iront pas voter
pour lui pour autant. C’est pourquoi je ne comprends pas. Il ne fait rien d’autre
que de se couper de son propre électorat. Il faut donc chercher la raison
ailleurs. C’est la même volonté d’étendre le pouvoir exécutif qu’avaient en leur temps
Dick Cheney et Donald Rumsfeld. Aujourd’hui, c’est en des termes savants,
avec une légère nuance dans le ton, moins grossier et brutal, mais difficile d’y voir
une différence. Cela concerne également d’autres sujets, dont la majorité
nous est inconnue, comme l’Etat policier qui s’installe ou la capacité d’intercepter
n’importe quelle communication électronique. C’est une offensive
conséquente contre la vie privée. Cela ne va aller qu’en empirant avec le développement
de nouveaux drones qui seront mis à disposition des forces de police locales.

MS : Voyez-vous l’expansion de l’Etat policier comme une autre facette
du renforcement du pouvoir exécutif ?

Noam Chomsky : C’est un accroissement énorme du pouvoir exécutif.
Je doute qu’ils puissent faire grand-chose avec toute cette masse d’informations
qui est stockée. J’ai eu beaucoup d’expériences avec le FBI en des temps
plus simples où ils n’avaient pas tout ça. Mais ils avaient déjà des tonnes
d’informations. En fait, ils étaient débordés par la masse d’information
et ne savaient pas quoi en faire. C’est comme entrer dans la bibliothèque
publique de New York et déclarer : “je veux être chimiste.” Toute l’information
nécessaire est là, mais cela ne vous avancera pas pour autant.



Votre Nom:
Votre Email:
Sujet:
Commentaires:

  

N'hésitez pas à laisser un message, Un avis ou un commentaire ... Merci. A bientôt chers visiteurs.